Enzo Mari, designer révolutionnaire

portrait d'Enzo Mari, designer père du design open source et défenseur du DIY
le designer italien Enzo Mari

Aujourd’hui on aimerait vous présenter le travail d’un designer italien un peu particulier : Enzo Mari. C’est un peu LE père du design open source, fervent défenseur du DIY (Do it Yourself) et grand théoricien du design du XXème siècle.

Une enfance de la débrouille

Enzo Mari naît dans une famille modeste en 1932 à Novara, ville située dans le Piémont, au Nord de l’Italie. Quand son père tombe gravement malade, il doit à 17 ans arrêter ses études pour subvenir aux besoin de sa famille.

Il pratiquera en ville différents métiers (maçon, vendeur ambulant…) mais il réussira par la suite à reprendre des études. En 1952, Il fera quelques semaines aux Beaux Arts de Brera mais se ré-orientera finalement vers l’architecture et le design.

Dès la fin de ses études il travaillera avec Bruno Munari qui lui sous traitera une partie de sa production. Ce dernier le présente à Danese, galeriste qui veut se lancer dans l’édition d’objets au concept fort. Mari proposera alors son premier puzzle en bois “16 animali” qui deviendra iconique de son travail.

Dès ce projet on retrouve les valeurs chères à Mari : un design minimaliste, accessible et optimisé pour produire le moins de chutes possibles.

Autoprogettazione, un pavé dans la mare

C’est en 1974 qu’il révolutionne le monde du design avec son projet “Autoprogettazione”, exposé à la Galleria Milano. Il rassemble dans un livre, une série de plans constructifs de meubles simples, ergonomiques… et facilement réalisables soi-même avec très peu d’outils. Seuls une scie à main, un marteau et quelques clous sont nécessaires. On retrouve ainsi plusieurs modèles de tables, de chaises et même lits à réaliser soi même.

C’est bien là toute la particularité de Mari, communiste convaincu. Il veut que les consommateurs se ré-approprient la production de leur mobilier. Il reprend le mot d’ordre des artistes du courant de l’Art cinétique : “notre but est faire de toi un partenaire”. Selon Mari, l’utilisateur n’est plus un consommateur passif. Il devient le bénéficiaire d’un objet et d’un processus (celui du design) dans lequel il a un rôle actif à jouer. Il est persuadé qu’une personne qui a participé à la construction de son propre mobilier en prendra davantage soin et étendra ainsi sa durée de vie.

Avant même sa théorisation dans les années 2000, il est déjà un fervent partisan du slow design et opposant à la société de l’hyperconsommation. Ainsi, son approche inspire toujours de nombreux designers. On pense à l’allemand Van Bo Le-Mentzel ou les suissesses Sarah Kueng & Lovis Caputo. Certains proposent les plans de leurs réalisations en libre accès sur des plateformes comme Wikifab ou Opendesk.