Jacques Hitier, de l’acier depuis les salles de classe jusque dans nos foyers

Jacques Hitier ©Fondation Jacques Hitier

On délaisse aujourd’hui (un peu) le bois pour vous parler du travail d’un designer français emblématique du style industriel des années 50, Jacques Hitier.

Jacques Hitier, formation et premières expériences

Hitier naît à Paris en 1917 et suit les pas de son père sculpteur sur bois en intégrant l’école Boulle à 13 ans. Il sera diplômé en 1934 et intégrera l’atelier Primavera des grands magasins du Printemps où il continuera son apprentissage. C’est en 1937 que l’entreprise Mobilor (spécialisée en mobilier scolaire) l’embauche en tant que dessinateur qu’il pourra commencer à exprimer son talent et développer son style reconnaissable.

Le choix d’un matériau fiable, solide & fonctionnel

 Il fait des structures tubulaires métalliques SA signature. Très tôt, Hitier a compris l’intérêt de créer du mobilier avec ce matériau solide, fonctionnel et simple à entretenir. C’est chez Mobilor qu’il produisit les premiers modèles d’une de ses pièces iconiques, la chaise d’écolier Mullca 300.

chaise mullca 300 par Jacques Hitier
Chaises Mullca 300 ©FondationJacquesHitier

Après une brève expérience chez la BNCI, il crée en 1950 sa propre agence de décorateurs. C’est à cette période qu’il commence à exposer ses créations au sein des salons des Artistes Décorateurs. Ses créations pour le mobilier scolaire sont alors très remarquées. En effet, il est repéré par l’industriel Tubauto qui lui confie la réalisation de meubles en tube métallique destiné à l’habitation. C’est le déclic, Jacques Hitier parvient à sortir le meuble industriel des ateliers et des administrations pour l’intégrer au sein des intérieurs modernes. Il réalisera alors des assises, des tables gigognes ou encore des étagères.

Pendant que les architectes reconstruisent la France, des années 50 Hitier va multiplier les associations de matériaux : aux tubes d’acier il combine des matières plus chaleureuses comme le bois, le tissu ou même le rotin. En réalité, ces meubles d’un genre nouveau sont rapidement plébiscités pour leur caractère fonctionnel, leur légèreté et leur sobriété.

La transmission du savoir, une force qui l’anime

Constamment animé par un désir de transmission, il revient à l’école Boulle, en tant que professeur de perspective d’abord de 1946 à 1964. Il sera ensuite directeur d’étude puis de directeur de l’école jusqu’en 1982. 

Après toute une vie passée à œuvrer pour la reconnaissance du métier de décorateur Hitier meurt en 1999. Il aura travaillé pour la promotion de la profession, en tant que président du syndicat des Créateurs d’architecture d’intérieur et de modèles. Par la suite, le syndicat deviendra le syndicat des architectes d’intérieur.

La Fondation J.Hitier a fourni l’ensemble des photos de cet article.